Bipolarité : comment intégrer les personnes bipolaires dans le monde professionnel ?

18, Mai 2021 | Programme d’insertion professionnelle

En France, plus de 600 000 personnes sont atteintes d’une maladie qu’on connait peu, voire pas du tout : la bipolarité. Un handicap qui fait peur aux patrons, des patients peu accompagnés… les bipolaires sont en mal d’emplois adaptés. Quelles sont les solutions ?

Après deux semaines de vacances loin de chez elle, Aurore a hâte de retrouver son cocon, là où elle a ses habitudes et son chat qui lui manque. Là-bas pourtant, aucun impératif professionnel ne l’attend. Et pour elle, la pandémie n’y est pour rien. Non, ce n’est pas le covid qui l’empêche de travailler, c’est une autre maladie, bien plus rare, bien moins médiatisée. Comme un peu plus d’1% de la population française, la jeune femme de 31 ans est bipolaire. Et pour elle comme pour les autres, la vie professionnelle est un parcours du combattant. « J’ai fait quelques missions d’intérim, mais on me disait que je n’étais pas adaptée », soupire Aurore, handicapée à 80%. Et si ce n’était pas à elle de s’adapter ?

À l’âge de 23 ans, Aurore est diagnostiquée bipolaire. Après plusieurs échecs et des passages par l’hôpital psychiatrique, elle s’est vue obligée d’arrêter la fac. Pleine de motivation et de volonté : elle a bravé plusieurs redoublements mais a fini par ne plus en pouvoir.

La bipolarité est une maladie qui apparaît le plus souvent entre 18 et 24 ans. Elle transporte les patients dans deux phases bien distinctes : la phase dépressive et la phase maniaque. L’entre-deux, la phase mixte, est une période de stabilité fragile. Lors de la phase dépressive, la personne bipolaire est plongée dans une profonde dépression pendant laquelle tout demande un effort considérable, et le besoin de dormir est largement accru. La personne n’a plus d’envie, plus d’estime de soi, et peut aller jusqu’à la tentative de suicide. À l’inverse, la phase maniaque fait l’effet d’une tornade. Force surhumaine, débit de parole incontrôlé, mise en danger de soi, paranoïa, délire de persécution et insomnie sont ce qui caractérise le mieux la période “up”. Tout cela régulé par des médicaments. « On est shootés », affirme Aurore.

Du sur-mesure et une reconnaissance du handicap

Impossible alors de promettre un engagement sur le long terme à ses recruteurs. La solution, c’est la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH), délivrée par les maisons départementales de travailleur handicapé (MDPH). « Déjà qu’on a du mal à se dire qu’on est malade, donc accepter qu’on est handicapé, ça n’est pas facile », confie la jeune femme de 31 ans. Cette mention accorde pourtant des aides financières et un accompagnement particulier.

Bien que certains patients choisissent de ne pas divulguer leur maladie au travail, pour Renaud Maigne, président de l’association Bipolarité France, la clé, c’est d’en parler. « Le bipolaire a besoin d’avoir une équipe qui l’entoure mais aussi de temps pour soi. Il a un côté impulsif, excessif et dans ces moments-là il doit être ménagé. De la même manière, en phase de fragilité, un temps de sieste doit être autorisé. » Tout cela dépend évidemment des besoins de chacun.

Je ne suis plus qu’une putain de maladie, je ne me sens pas capable

C’est d’ailleurs l’une des plus grandes forces que la maladie procure aux patients : leur parfaite connaissance de leur corps et de ses besoins. Un savoir qu’ils sont tous en mesure de transmettre à leur organisme de travail afin de garantir le meilleur accueil possible. Cela pourrait être envisagé dans un monde où l’insertion professionnelle serait facilitée.

Mais c’est rarement aussi facile. D’abord d’un point de vue personnel : il faut prendre le temps de se sentir prêt et de s’accepter comme on l’est. C’est ce qui reste difficile pour Aurore, pourtant stabilisée depuis quelques années. « Je ne suis plus qu’une putain de maladie, je ne me sens pas capable. Il y en a qui arrivent à travailler, pour l’instant je ne sais pas comment ils font », partage-t-elle.

Projet très personnel

Construire un projet peut aider. Il faut puiser dans ses envies et dans ses capacités qui n’ont pas toutes disparues, bien au contraire, comme le souligne Julien Fournier, directeur de l’agence Cap Emploi du Puy de Dôme. Cette structure est l’équivalent de Pôle Emploi, avec des agents formés à accueillir un public handicapé. « Il faut se concentrer sur les compétences qui sont toujours là. À l’inverse, on ne parle pas des limites. »

Renaud et son association aussi organisent des rendez-vous individuels qui serviront à cerner la personnalité et à déterminer la voie qui correspondra le mieux à la personne en face. Lui-même bipolaire, il sait que les entreprises ne sont pas toujours ce qui correspond le mieux aux patients, et recommandent à certains l’auto-entreprenariat comme il l’a fait pour lui même. Le mi-temps semble être une solution appréciée également, un bon compromis.

Du point de vue structurel, rien n’est simple non plus. L’entreprise doit être formée pour recevoir ce public. « Embaucher un handicapé psychique, c’est moins facile que d’acheter une chaise adaptée pour un handicapé physique, ironise la Bretonne. Ils préfèrent payer une amende (des quotas sont instaurés dans les entreprises privées, ndlr) ».

Ce handicap invisible fait peur aux patrons car on ne le connait pas, on ne sait pas comment l’accompagner. Des formations voient alors le jour, notamment par Bipolarité France qui s’apprête à lancer une grande action en faveur de l’insertion professionnelle à la rentrée de septembre 2021. Comme Julien Fournier, Renaud Maigne prêche lui aussi pour la désignation d’un référent handicap dans l’a structure « handi-accueillante ». Ce dernier croit au concept de patient-expert, qu’il essaye de développer, sous forme de coaching. Des volontaires bipolaires, à l’aise avec leur maladie, suffisamment pour en parler et sensibiliser un environnement à ces questions. L’objectif est d’accroitre l’intégration de bipolaires dans les effectifs des entreprises françaises.

Ce qui pose problème réellement, c’est la lenteur du système et des prises en charge. Les formations aiguillées par Cap Emploi sont souvent trop peu adaptées à leur public, les associations épaulant la structure sont trop peu connues par les personnes concernées et les maladies psychiques font peur. Une « lueur d’espoir » : la crise sanitaire a peu à peu libéré la parole sur la santé mentale (les dépressions, les burn out). Un pas de plus et on parle de la bipolarité ?

Publié par Neon Magazine le 18 mai 2021

https://www.neonmag.fr/bipolarite-comment-integrer-les-personnes-bipolaires-dans-le-monde-professionnel-556475.htm